Endométriose

En France, l’endométriose touche près de 10% des femmes en âge de procréer, soit 1,5 à 2,5 millions de femmes. L’endométriose est une maladie complexe, multi-forme, dont les symptômes varient selon les situations. Le symptôme le plus explicite de l’endométriose est la douleur durant les règles ou les rapports sexuels.

Nous allons voir ici comment le CBD peut être utilisé pour soulager les symptômes de l’endométriose.

Résumé : utiliser du CBD pour l’endométriose

L’endométriose est une maladie inflammatoire et chronique de l’appareil génital féminin. Au cours du cycle menstruel et sous l’effet des hormones, l’endomètre, le tissu qui tapisse l’utérus,  s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse. S’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles. Chez quasiment toutes les femmes, des cellules vont remonter et migrer via les trompes et se disperser dans l’abdomen, un processus naturel appelé reflux menstruel. Le système immunitaire s’organise alors pour détruire ces cellules qui ne se trouvent pas là où il faut.

Or chez 10 % des femmes, le tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus n’est pas détruit. Il colonise d’autres organes et peut provoquer des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes). C’est l’endométriose. Si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine, elle peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire ou digestif.

La recherche indique que le CBD pourrait aider à traiter l’endométriose en :

  • Arrêtant la prolifération cellulaire
  • Empêchant la migration cellulaire
  • Inhibant la vascularisation des lésions (vaisseaux sanguins)
  • Inhibant l’innervation des lésions (nerfs)
  • Bloquant la synthèse des prostaglandines inflammatoires
  • Modulant la réponse immunitaire
  • Désensibilisant les nerfs qui transmettent la douleur

Comment utiliser le CBD pour l’endométriose ?

De nombreux produits pourraient convenir pour soulager ou traiter les symptômes de l’endométriose :

  1. de l’huile CBD, en teintures ou en capsules, peut graduellement atténuer les symptômes de l’endométriose
  2. des topiques CBD, sous forme de baume ou de lotion, à appliquer sur les crampes qui peuvent venir avec l’endométriose
  3. des suppositoires vaginaux au CBD pour cibler plus directement les zones à soulager
  4. des cartouches CBD et un vape pen pour des micro-doses de CBD à effet quasi-immédiat

CBD et endométriose

Qu’est-ce que l’endométriose ?

Commençons par un peu d’explications. L’endométriose est une affection souvent douloureuse dans laquelle un tissu similaire à celui qui tapisse normalement l’utérus, l’endomètre, se développe par erreur à l’extérieur de l’utérus. Le tissu endométrial se développe alors sur les ovaires, les trompes de Fallope et d’autres emplacements abdominaux.

Bien qu’il n’y ait rien d’intrinsèquement mortel à cette “invasion”, elle peut déclencher une inflammation voire des lésions sur les organes touchés.

Pour les personnes qui souffrent d’endométriose, la vie est beaucoup plus difficile : leur qualité de vie diminue tandis que les taux d’anxiété et de dépression augmentent. Beaucoup endurent la douleur de l’endométriose pendant des années avant d’être correctement diagnostiquées.

Les personnes atteintes d’endométriose souffrent généralement d’au moins l’un des symptômes suivants :

  • Crampes menstruelles sévères
  • Rapports sexuels douloureux
  • Mictions ou selles douloureuses
  • Douleurs chroniques au bas du dos, abdominales ou pelviennes
  • Diarrhée, constipation ou nausée
  • Infertilité ou difficulté à tomber enceinte

Comment est traitée l’endométriose ?

Il n’existe aucun remède connu pour l’endométriose. Le traitement se concentre sur la gestion des symptômes tout en essayant d’empêcher la propagation de l’endométriose. Les médecins suggèrent généralement une ou plusieurs des trois options de traitement suivantes :

Des analgésiques – La ressource la plus couramment prescrite pour traiter l’endométriose est un analgésique. Les anti-inflammatoires (AINS) et les analgésiques aident les personnes atteintes à faire face aux symptômes douloureux de l’endométriose, mais ne font rien pour empêcher la maladie de progresser. Des analgésiques parfois plus forts sont prescrits, avec des effets systémiques débilitants.

Des hormones – Une autre prescription populaire est la thérapie hormonale, censée soulager les symptômes en réduisant la force et / ou la quantité des cycles menstruels. Cependant, certains patients répondent mal à l’hormonothérapie.

De la chirurgie – Les médecins peuvent retirer chirurgicalement le tissu endométrial égaré, ce qui procure souvent un soulagement considérable … pendant un certain temps. Malheureusement, il existe un risque élevé de complications et environ la moitié des patientes verront leurs symptômes réapparaître dans un délai d’un an, ce qui nécessitera un traitement supplémentaire. Une autre option chirurgicale est l’ovariectomie. Malheureusement, la douleur causée par une cicatrice d’endométriose permanente pourrait persister au-delà de la ménopause, exigeant une gestion de la douleur à vie.

Quelles sont les causes de l’endométriose ?

La théorie la plus populaire sur l’origine de l’endométriose est que le sang menstruel coule dans la mauvaise direction, transportant le tissu endométrial vers les trompes de Fallope, les ovaires ou l’abdomen. D’autres pensent que des facteurs environnementaux ou des toxines pourraient amener le corps à produire spontanément des cellules endométriales au mauvais endroit.

Quelle que soit la façon dont les cellules initiales arrivent, une fois qu’elles sont là, elles se développent et se propagent (comme les cellules cancéreuses) en se multipliant et en évitant la destruction par les systèmes de sécurité du corps. Ils recrutent des veines sanguines pour fournir des nutriments et éliminer les déchets (également comme le cancer), et ils développent de nouvelles terminaisons nerveuses qui augmentent la perception de la douleur.

Également similaire aux cellules cancéreuses, l’endométriose peut migrer vers d’autres tissus afin de revendiquer plus de territoire. Bien que l’endométriose soit considérée comme une maladie bénigne, les patients dont le corps est incapable de prévenir la propagation de l’endométriose (en raison de facteurs génétiques ou environnementaux) ont également un risque beaucoup plus élevé de cancer de l’ovaire.

En raison des similitudes, certains pensent que les traitements qui empêchent le cancer de se développer et de se propager pourraient faire de même pour l’endométriose.

Cannabis et endométriose

Depuis des millénaires et dans toutes les civilisations, les gens utilisent des extraits de cannabis et de chanvre pour traiter l’endométriose, les crampes menstruelles et d’autres complications gynécologiques. Au cours des dernières décennies, le THC et le CBD se sont avérés être des thérapies efficaces avec relativement peu d’effets secondaires.

L’une des raisons pour lesquelles les scientifiques sont enthousiasmés par ces composés est la découverte récente que le système endocannabinoïde naturel du corps fait partie intégrante du bon fonctionnement de l’appareil reproducteur. Les déséquilibres de ces neurotransmetteurs sont souvent liés aux complications et aux maladies de la reproduction, y compris l’endométriose, et il semble qu’une utilisation prudente de suppléments en phytocannabinoïdes, de produits topiques et de suppositoires pourrait faire une énorme différence dans ce déséquilibre.

Comment ?

Les cannabinoïdes arrêtent la multiplication des cellules

Normalement, votre corps dispose d’outils pour empêcher la croissance de cellules et pour les détruire (apoptose) avant qu’elles ne deviennent un problème. Malheureusement, l’apoptose semble être altérée chez les personnes souffrant d’endométriose et de troubles similaires. Le système endocannabinoïde est impliqué dans l’apoptose et l’arrêt de la croissance cellulaire.

L’application la plus connue de ces effets est peut-être le traitement du cancer. Lorsque certains récepteurs cannabinoïdes sont activés (soit par les endocannabinoïdes du corps, soit par le THC d’origine végétale), ils peuvent empêcher les cellules cancéreuses de se multiplier. Des recherches similaires ont montré que l’activation de ces récepteurs empêche les tissus endométriosiques de proliférer chez la souris.

CBD : prévenir la migration cellulaire

Un problème frustrant pour les patients qui ont leurs lésions endométriosiques enlevées chirurgicalement est que l’endométriose revient fréquemment. Cependant, des scientifiques ont récemment découvert que les endocannabinoïdes sont impliqués dans la régulation de la migration cellulaire. Des molécules comme le CBD peuvent empêcher les cellules endométriosiques de migrer (en bloquant l’activation du récepteur GPR18).

CBD et nerfs douloureux

Certains souffrent d’endométriose profonde, une forme d’endométriose plus douloureuse qui s’enfonce plus profondément dans les tissus abdominaux. L’une des raisons pour lesquelles ces lésions peuvent être plus douloureuses est qu’elles contiennent une densité de nerfs beaucoup plus élevée que les autres lésions.

Les endocannabinoïdes régulent la croissance nerveuse et leurs récepteurs (CB1) sont exprimés sur les nerfs qui innervent les lésions endométriosiques. Des molécules comme le CBD interfèrent avec l’innervation en empêchant l’activation de ce récepteur. Cependant, cela pourrait suggérer que l’utilisation de THC sans les effets compensateurs du CBD pourrait entraîner une augmentation à long terme de l’innervation de l’endométriose.

CBD : comme l’Advil sans les effets secondaires

Les anti-inflammatoire non stéroïdiens (AINS) comme l’Advil sont l’un des traitements les plus fréquemment prescrits pour l’endométriose. Les AINS agissent en inhibant certaines enzymes (appelées COX-2) qui contribuent à l’inflammation. Malheureusement, les AINS fluidifient votre sang et peuvent avoir des effets secondaires gastro-intestinaux car ils inhibent également d’autres enzymes (comme la COX-1). Il s’avère que les effets anti-inflammatoires du CBD sont accompagnés de moins nombreux effets secondaires car il inhibe spécifiquement la COX-2 mais pas la COX-1.

Les cannabinoïdes calment un système immunitaire hyperactif

Un grand nombre de récepteurs endocannabinoïdes (CB2) de votre corps sont situés sur les cellules tueuses de votre système immunitaire (macrophages). Lorsque ces récepteurs sont activés, ils empêchent les macrophages de libérer des protéines inflammatoires (cytokines).

Les personnes qui souffrent d’endométriose deviennent hypersensibies aux toxines et aux signaux inflammatoires. Heureusement, le CBD active les récepteurs CB2, qui contribuent largement aux propriétés anti-inflammatoires du cannabis. Ceci est utile pour une inflammation incontrôlée causée par un système immunitaire hyperactif, bien que la dépression du système immunitaire ne soit pas toujours souhaitable. Le CBD aide également à soulager les sensations de douleur, mais à travers d’autres cibles. Plus particulièrement, le CBD est capable de désensibiliser le récepteur de la douleur TRPV1.

Faut-il changer de mode de vie pour l’endométriose ?

Les changements alimentaires ont souvent des effets profonds sur les symptômes de l’endométriose. Un régime anti-inflammatoire riche en acides gras oméga-3, en fibres et en antioxydants est un bon point de départ. Vous pouvez également constater que l’acupuncture et la méditation sont des outils efficaces pour la gestion de la douleur. D’autres suppléments à base de plantes pourraient cibler l’endométriose de manière similaire aux cannabinoïdes.

Comme toujours, avant d’apporter des modifications à votre traitement de l’endométriose, assurez-vous de consulter votre médecin.

Intéressés par le CBD ? Retrouvez nos prochains contenus directement dans votre boite mail en vous inscrivant à notre newsletter ⬇️⬇️⬇️

Vous profiterez également de 10% de réduction sur notre boutique 😍