Quel bénéfice un sportif va-t-il tirer de la consommation de CBD ?

La pratique du sport, bien que bénéfique pour la santé, peut occasionner des gênes et des fragilités. Comment soulager les douleurs associées au sport sans passer par la prise de médicaments ? Parmi les remèdes naturels, le CBD peut être une option prometteuse. Pour mieux comprendre comment le CBD peut aider les sportifs, il faut avant tout comprendre comment le cbd agit sur l’organisme. De nombreuses études scientifiques ont participé à mettre en lumière les innnombrables vertus thérapeutiques de la molécule.

Le sport et la douleur

Le sport peut être une pratique traumatique pour le coprs car il occasionne des chocs, des torsions et des tensions. La solicitation intensive de certaines parties du corps conduit à un risque accru de blessures qui peuvent se solder par des douleurs chroniques ainsi que des douleurs articulaires pouvant être ankylosantes et favoriser l’arthrite. Le sport favorise également les douleurs musculaires : les courbatures bien sûr mais aussi des douleurs plus graves comme les maux de dos dont les douleurs lombaires situées en bas du dos. Les individus pratiquant des sports à fort impact peuvent également souffrir de névralgie. Enfin, certains sports comme la course à pied peuvent provoquer des troubles du système digestif (30 à 50% des coureurs à pied en souffrent, ils sont parfois d’origine hémorragique) qui se traduisent par des douleurs abdominales et des maux de ventre. Le sport intense est également impliqué dans l’anémie, une carence en fer qui provoque une fatigue anormale.

La prévalence de la douleur dans la pratique sportive conduit à se questionner sur le traitement de la douleur dans la pharmacologie conventionnelle. L’OMS a établi trois palliers d’antidouleur: les antalgiques périphériques non opioïdes dont l’aspirine, le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les analgésiques opioïdes dont le tramadol et la codéine et les analgésiques opioïdes dont la morphine, le fentanyl et l’oxycodone. La substance active de cette dernière classe de médicaments souvent administrés dans les cas post-opératoire n’est autre que l’opium, un puissant anesthésique qui provoque l’addiction. Certains médicaments comme les analgésiques stéroidiens et non stéroidiens traitent les symtpômes de l’inflammation mais peuvent avoir des effets secondaires indésirables dont une forme d’aggressivité pour la muqueuse gastrique avec un risque de gastrite, voire d’ulcère. Les personnes souffrant de douleurs inflammatoires non liées à des maladies inflammatoires peuvent donc être portées à opter pour des solutions naturelles dont le CBD pour son action anti-inflammatoire.

Le sport et le bien-être

Le CBD agit sur l’organisme de différentes façons : il peut notamment  soulager certaines douleurs non liées au sport justement pour permettre aux sportifs de refaire du sport sans être incommodés. En outre, ses effets bénéfiques sur la relaxation musculaire ont été rapportés et suggèrent qu’il est efficace dans la récupération après le sport. C’est une des utilisations du CBD les plus fréquentes chez les sportifs.

Outre la douleur, les sportifs de haut niveau ou ayant une pratique intensive peuvent souffrir de dépression lorsqu’ils sont contraints d’arrêter le sport (fin de carrière, blessures). En effet, le sport libère de l’endorphine et un arrêt brutal de la pratique sportive suscite souvent l’apparition de symtômes dépressifs. Or, les antidépresseurs sont des médicaments controversés dont l’efficacité est souvent limitée à un effet placebo. Dans une étude récente, il a été démontré que la prise de CBD augmentait l’activité des récepteurs auxquels la sérotonine, un neurotransmetteur impliqué dans la gestion des humeurs, se lie. Par extension, il augmente les taux de sérotonine, c’est pourquoi on lui attribue un effet anxiolityque relaxant et calmant. Le THC de son côté libère de la dopamine et de ce fait est également un traitement potentiel contre un état dépressif. Certains terpènes et flavonoïdes pourraient également avoir un action en ce sens comme le bêta-caryophyllène (BCP).

L’innocuité du CBD a été reconnue par l’OMS. Il est d’ores et déjà utilisé dans la création de nouveaux médicaments comme l’epidiolex pour l’épilespie et le sativex pour la sclérose en plaques mais fait surtout l’objet de pratiques d’auto médication. Il n’a pas d’effets psychotropes ni addictifs mais il peut provoquer un phénomène d’accoutumance qui conduit à passer d’une petite dose à une forte dose. Il est également contre-indiqué dans le cadre de certains traitements car il peut interagir avec certains médicaments.