Au delà de personnes atteintes de pathologie, en quoi le CBD peut-il aider les sportifs ?

Les sportifs mettent leur corps à rude épreuve et sont souvent sujets à la douleur du fait de leur pratique sportive. Avec la légalisation croissante du cannabis, celui-ci est de plus en plus reconnu comme un antidouleur efficace mais il reste controversé du fait de l’effet psychotrope et de l’effet d’accoutumance qu’induit le THC. Néanmoins, un autre cannabinoïde, le CBD, s’est également révélé avoir des propriétés médicinales intéressantes. C’est notamment le principe actif de l’Epidiolex administré dans le traitement de l’épilepsie. Comment le CBD agit-il sur l’organisme et en quoi peut-il aider les sportifs ?

La gestion de la douleur dans le sport

La pratique du sport a un effet anti-dépresseur sur le système nerveux central car elle déclenche la libération d’endorphine et de dopamine. Néanmoins, elle peut également avoir des effets néfastes sur l’organisme. Les sportifs sont particulièrement susceptibles d’avoir des douleurs musculaires, des crampes et des tendinites ou de développer une forme de fragilité osseuse et des troubles du rythme cardiaque comme la tachycardie ou les palpitations. Pour les sportifs de haut niveau en fin de carrière, l’arrêt d’une pratique sportive intensive peut également se solder par une forme de dépression voire des comportements suicidaires.

Or, les options pharmacologiques qui s’offrent aux sportifs en termes d’analgésiques, d’antalgiques et d’anxiolytiques sont en grande majorité dérivées de l’opium. Ce sont les fameux opioïdes (morphine, tramadol, paracétamol). Ces médicaments ont un effet sédatif puissant mais provoque une dangereuse dépendance physique qui font tomber certains dans la toxicomanie et qui sont à l’origine de l’épidémie d’overdoses qui sévit actuellement à travers le monde. Ces effets néfastes et ces conduites addictives sont également associées à la prise d’anxiolytiques comme les benzodiazépines. Cela a conduit de plus en plus d’athlètes de tous les niveaux à chercher à remplacer certains médicaments par des plantes médicinales dont la plante de cannabis sativa.

Le déclin de la prohibition du cannabis a peu à peu permis la redécouverte de ses propriétés médicinales. Il est actuellement prescrit légalement dans certains États pour traiter les douleurs chroniques mais aussi les troubles du sommeil comme l’insomnie, les vomissement et nausées induits par la chimiothérapie et les troubles de la spasticité chez les patients atteints de sclérose en plaques (Sativex). Ses propriétés antiémétiques, diurétiques, antalgiques et antispasmodiques ont conduit de nombreux patients à pratiquer l’auto-médication. Les malades mais aussi les sportifs ont notamment de plus en plus recours au CBD. Le CBD peut être consommé par inhalation, par vaporisation, par voie orale, par ingestion, notamment sous forme d’huile de chanvre, et se trouve en vente libre sur Internet.

Le CBD et la pratique sportive

Le CBD est de plus en plus reconnu pour ses multiples vertus et constitue une alternative naturelle à la pharmacopée conventionnelle. De plus en plus d’athlètes consomment du CBD pour accompagner leur pratique sportive. Ses propriétés anti-inflammatoires permettent d’atténuer et de soulager la douleur. Il a également des vertus anti-oxydantes et relaxantes qui permettent une meilleure gestion du stress et une meilleure récupération musculaire. Il est également efficace dans la régulation du sommeil et peut être une alternative aux somnifères. En outre, il a une action anticoagulante sur les vaisseaux sanguins et permet de prévenir les risques d’hypertension artérielle et autres maladies cardio-vasculaires. Ses propriétés antiémétiques et anti-convulsives permettent la réduction des spasmes musculaires et des nausées qui peuvent survenir après un effort physique intense. Enfin, ses vertus anxiolytiques et antipsychotiques peuvent prévenir l’apparition de troubles psychiques.

Certaines substances peuvent avoir un effet dopant et sont contrôlées dans le cadre de la lutte contre le dopage dans le sport. Sur la liste des produits dopants on trouve les hormones de croissance, les stéroïdes, la ritaline mais pas le CBD. En effet, ce dernier a été approuvé par le comité international olympique et l’Agence Mondiale Antidopage. Les athlètes peuvent donc l’utiliser à la fois hors compétition et dans le cadre des compétitions sportives. En outre, certaines fédérations sportives comme la NLA, l’UFC et la NLF demandent de plus en plus que soit reconnu l’usage médicinal du cannabis dans le sport. L’agence française du médicament (ansm) étudie actuellement la possibilité d’introduire le cannabis médical en France.