Quels récepteurs de l’organisme permettent-ils l’assimilation du CBD ?

La plante de Cannabis Sativa produit deux grandes familles moléculaires : les cannabinoïdes et les terpènes.

Ces derniers sont des composants aromatiques possédant des propriétés médicinales à type anti-inflammatoires, anti-cancéreuses et antiseptique. De l’autre côté, les cannabinoïdes sont plus connus puisque le THC est le composant essentiel du plant de chanvre. Cependant, ces effets psychotropes ne lui permettent pas d’être commercialisé et consommé dans tous les pays. C’est pour cela que les recherches se sont axées sur le cannabidiol plus connu sous le nom de CBD qui n’altère pas l’état de conscience du consommateur.

Le cannabis est une plante contenant de nombreux composés que les individus consomment de nos jours. Le cannabidiol, plus connu sous le nom de CBD permet d’agir directement sur le système immunitaire du consommateur. En effet, de nombreuses études cliniques ont permis de démontrer les bienfaits du CBD sur les cellules immunitaires. La consommation de ces molécules permet de stimuler des récepteurs dans le corps humain qui vont avoir un impact sur la santé et dont les effets indésirables sont très faibles voire inexistants.

Système endocannabinoïde

Le corps humain dispose d’un système endocannabinoïde composé de récepteurs cannabinoïdes, de neurones ainsi que des endocannabinoïdes. Les neurones jouent un rôle primordial dans le SEC puisque ces cellules nerveuses sont présentent partout dans le cerveau reliées par des neurotransmetteurs. Ces derniers vont donc se déplacer dans de micro espaces du cerveau provoquant des réactions à la suite les unes des autres. Dans le SEC, deux récepteurs présents couvrent la totalité du corps humain : cerveau (concentration la plus forte), foie, poumons, reins…
Il permet de recevoir et d’assimiler les différentes substances actives du cannabis et des ligands endogènes. Il existe donc deux types de récepteurs endocannabinoïdes :

  • Récepteur CB1 : présent sur le système nerveux central et périphérique étant responsable des effets psychotropes et euphorisants ;
  • Récepteur CB2 : présent dans des cellules du système immunitaire.

Ces récepteurs, qui composent le SEC se retrouvent chez tous les vertébrés et chez de nombreux animaux qui disposent aussi de leurs produits au CBD. Ces récepteurs sont représentés dans quasi l’intégralité de l’organisme aussi bien dans les systèmes centraux du corps humain que dans les tissus périphériques. Les endocannabinoïdes se trouvent dans les différents « carrefours » du corps humain permettant une coordination des différents types cellulaires.

Le système endocannabinoïde est donc activé par les cannabinoïdes retrouvés dans les plants de cannabis et qui sont aussi appelés phyto cannabinoïdes.

Les effets du CBD sur le corps humain

Le CBD, permet l’activation du système endocannabinoïde en stimulant les récepteurs précédemment évoqués permettant une réelle réponse immunitaire. Ce dernier joue un rôle très important dans différentes pathologies que peuvent rencontrer les êtres vivants et donc dans les propriétés thérapeutiques du CBD.

L’administration de cette molécule peut se faire de plusieurs manières : voie orale, vaporisation, cigarette électronique (E liquid contenant du CBD) et même par injection.

Les recherches récentes au niveau du système endocannabinoïde ont permis de démontrer que ce système agit directement dans la régulation de processus physiologiques et de son implication certaines concernant de nombreuses situations pathologiques (Alzheimer, Parkinson, Sclérose et Sclérose en plaques entre autre). Le système endocannabinoïde participe donc à la régulation d’un très grand nombre de processus physiologiques et physiopathologiques comprenant la fonction cardiovasculaire, l’inflammation, l’immunité, l’appétit, le développement neural ou encore le développement de la densité osseuse.

Le SEC est capable de s’adapter pratiquement à toutes les pathologies afin de cibler les besoins immunitaires de cette dernière et de soulager les problèmes de santé du patient atteint. De ce fait, la production d’endocannabinoïde va augmenter dans les régions localisées afin de compenser du déséquilibre qu’engendre la pathologie.
Ces cannabinoïdes jouent donc un rôle dans le soulagement et les soins sur un patient. Ils permettent de détruire les tissus malades et de réguler les douleurs et les inflammations grâce à des mécanismes d’action sur 3 types de cellules.

Le cannabis médical fait dont l’objet de nombreuses recherches sur ses effets sur le métabolisme de chaque être humain. La légalisation n’est toujours pas de mise en France mais de nombreux pays ont sauté le pas concernant le cannabis médical en statuant sur la légalisation du cannabis.

Si les bienfaits du CBD sur l’organisme ont été démontrés grâce à la stimulation des récepteurs, il n’est pas encore paru d’études concrètes concernant les effets secondaires de la consommation (surdosage peut entraîner nausées et vomissements, risque en insuffisance cardiaque…).

Ce qu’il faut en retenir

Le système endocannabinoïde est un système très important du corps humain. En effet, il permet la communication des différents tissus et systèmes présents dans chaque individu. Principalement, il permet de réguler des états physiologiques ainsi que de stress afin de permettre au milieu interne de réguler et de garder un équilibre en agissant sur les différents endroits du corps humain sujets à ces molécules. L’altération de son fonctionnement serait un problème pour l’individu et pourrait contribuer à l’apparition et au développement de différentes pathologies.