Quelles sont les propriétés thérapeutiques du cbd ?

Les études réalisées tendent à démontrer que le CBD possède de nombreux bienfaits thérapeutiques pouvant soulager un large panel de maladies. Le cannabidiol, plus connu sous l’abréviation CBD est un phyto cannabinoïde naturellement présent dans la plante de cannabis sativa L. cette plante est mondialement connu principalement à cause d’un autre cannabinoïde le THC. Ce dernier provoque divers effets psychotropes sur le consommateur, caractérisés par un sentiment d’euphorie et de légèreté mais également par de nombreux effets secondaire : paranoïa, angoisse, tachycardie…. Le CBD, bien qu’étant une substance psychoactive, qui agit sur le cerveau mais ne provoque aucun effet psychotrope ni secondaire, peut donc être consommé sans risque et représenter un traitement alternatif pour certains patients. Cette différence majeure entre ces deux principes actifs à attirer l’attention de la scène scientifique qui a mené des travaux sur le CBD (études cliniques et pré cliniques).

CBD et Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui touche près de 3 millions de personnes en France. Ce trouble neurologique se caractérise par une perte progressive de la mémoire et peut également entraîner une perte d’appétit, des troubles moteurs mais aussi des symptômes de dépression. Il faut savoir qu’actuellement, aucun traitement curatif n’est disponible sur le marché. Les médicaments existant permettent uniquement de soulager les maux lié à cette maladie, sans pouvoir la guérir.

La maladie détériore en premier les récepteurs CB1 principalement présents présent dans le cerveau. Or, des études ont montré que le CBD qui agit également sur ces récepteurs, avait une action protectrice et ralentissait fortement la dégradation de ces derniers. Le cannabidiol, de par son action anti inflammatoire, semble également réduire les inflammations des tissus cérébraux. Il permettrait également d’inhiber une certaine enzyme responsable de l’apparition de plaques amyloïde (un agrégat anormal protéique), l’un des principaux marqueurs de la maladie d’Alzheimer. Conjointement, l’action du CBD sur les récepteurs va avoir un impact sur le système endocannabinoïde, connu pour réguler de nombreuses constantes vitales (température corporelle, rythme cardiaque etc) ce qui stimule l’appétit.

CBD et Parkinson

Tout comme la maladie d’Alzheimer, la maladie de parkinson est une maladie neurodégénérative. La maladie touche majoritairement les personnes âgées et se traduit par une atteinte du système nerveux central et une destruction progressive des neurones dopaminergiques, causant de nombreux troubles : ralentissement des mouvements, tremblements et geste incontrôlable, dépression…
Le CBD agit sur l’organisme et est connu pour être un anti spasmodique et contribue à aider les patients atteints de Parkinson à retrouver un geste sur en réduisant les tremblements et les spasmes musculaire involontaires (spasticité). Son action sur les récepteurs impliqués dans la gestion de l’humeur, notamment sur les neurotransmetteurs libérant de la sérotonine et de la dopamine et sur le système endogène, permet de lutter contre les symptômes dépressifs.

CBD et douleurs chroniques

Environ 30% de la population française souffre de douleurs chroniques. Souvent réfractaires aux traitements conventionnels, ces douleurs handicapent le quotidien des patients. Les premières cause de douleurs chroniques sont généralement lié à des lombalgies et des sciatiques, suivie pas des troubles neuropathiques, des douleurs cancéreuses. Ces douleurs sont généralement traitées via la prescription d’analgésiques opiacés, qui se révèlent bien souvent inefficaces et entraînent une pléthore d’effets négative, notamment des risques cardiovasculaires, une dépendance et des surdosages potentiellement mortels.

Les propriétés du CBD semblent réduire l’intensité des douleurs de façon considérable sans altérer l’état de conscience de la personne qui en consomme : Son action sur les récepteurs CB1 module la transmission de sérotonine dans le cerveau, ce qui active les récepteurs spécifiques impliqués dans la douleur et l’anxiété. Sa toxicité nulles et l’absence d’effets secondaire font une CBD une alternative viable aux opioïdes (morphine).

CBD et crises d’épilepsies

L’épilepsie est une maladie neurologique qui de caractérise par une augmentation anormale de l’activité cérébrale, ce qui conduit à un une perturbation des communications neuronales, pouvant entraîner une perte de conscience.

L’usage de cannabis médical dans le traitement des patients épileptiques est sans doute l’usage le plus courant notamment aux Etats-Unis. L’Epidiolex, également disponible dans le cadre d’une autorisation temporaire d’utilisation nominative en France est un médicament prescrit uniquement sur ordonnance. C’est l’un des principaux médicaments utilisé pour traiter l’épilepsie des patients non réceptif aux autres thérapies. Le CBD réduirait de 50 à 80% la fréquence de la survenue des crises, même chez les animaux. Etant donné le peu de risques associés cette substance, il peut tout à fait être utilisé pour soigner les jeunes enfants

CBD et sclérose en plaques

Cette maladie dégénérative du système nerveux central provoque divers symptômes comme une inflammation du cerveau, une faiblesse musculaires pouvant conduire à une invalidité totale. Cette maladie touche principalement les populations jeunes, dans la tranche d’âge de 20-40 ans.

Les résultats obtenue lors d’études scientifique semblent indiquer que la prise médicale de CBD aurait des effets bénéfiques et permettrait de réduire la progression de la maladie ainsi que les symptômes associé : incontinence, troubles visuel, spasme…

CBD et cancer

Certains cancers comme les gliomes semble régir positivement lors de la prise de CBD à des fins thérapeutiques. Les gliomes sont une forme de cancer malin provoquant assez souvent le décès du patient.

Des scientifiques ont découvert que certains cannabinoïdes comme le CBD auraient une action anti-cancéreuse : en inhibant la multiplication de cellules cancéreuses, le CBD pourrait stopper la croissance de ces tumeurs malignes. De plus, l’administration de CBD permet la stimulation de l’apoptose, processus naturelle durant lequel les cellules s’autodétruisent. Or les cellules cancéreuses se multiplient trop rapidement pour s’autodétruire. En augmentant l’apoptose, le CBD permet au corps d’éliminer automatique ces cellules dangereuses. Des études pré-cliniques ont fournies des données probantes et ont démontrés que les cannabinoïdes permettent d’inhiber la croissance d’autre type de cellules cancéreuses responsable du cancer du sein, du côlon, de la leucémie etc.. Le CBD utilisé en complément des thérapies conventionnelles comme la chimiothérapie permet d’avoir de bien meilleurs résultats. Le CBD permet également de réduire les effets secondaires de la chimiothérapie : nausées et vomissements, troubles du sommeil…

Les premiers résultats obtenus vis-à-vis de l’utilisation de cannabidiol dans le traitement et le soulagement de symptôme inhérent aux maladies énumérées supra semblent prometteur et mérite que la scène scientifique continue et multiplie les travaux à son sujet. L’Agence de sécurité du médicament s’est d’ailleurs montré favorable à une expérimentation du cannabis médical et du CBD au vu de ses vertus thérapeutiques et de l’absence d’effets indésirables, et ce avant la fin 2019. Ces tests devraient débuter sur des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Si ces derniers s’avèrent concluant, ils devraient permettre « d’ajuster le cadre et les modalités de prise en charge et de suivi des patients » et qui sait, de voir la plante de Cannabis Sativa L dont est extrait le CBD devenir une plante de la pharmacopée à part entière dans un future proche. De nombreux laboratoires étrangers travaillent d’ores et déjà sur la réalisation de nouveaux médicaments au CBD visant à traiter certaines pathologies.