Comment le CBD peut-il être consommé ?

Depuis quelques temps, l’usage du CBD, poussé par la légalisation du cannabis aux Etats-Unis et au Canada s’est démocratisé dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique. Cet engouement pour le cannabidiol s’explique grâce aux nombreux travaux de recherche et d’analyse actuellement menée par la communauté scientifique sur le CBD, qui tendent à démontrer que le CBD pourrait avoir de nombreux bienfaits thérapeutique, allant du soulagement des douleurs bénignes  à la destruction de cellules cancéreuses. Bien que ces travaux doivent être confirmés et que le CBD ne dispose pas d’un statut pharmaceutique réel dans de nombreux pays, de nombreuses personnes l’utilisent dans un cadre d’automédication.

Rappel sur le CBD

Le CBD est une molécule naturellement présente dans la plante de Cannabis Sativa, une plante surtout connue à cause du THC, un cannabinoïde présent dans le cannabis causant ses effets psychotropes : relaxation, détente, énergie, euphorie, sensation de légèreté, mais aussi parfois bouffée de chaleur ou paranoïa… Bien qu’il soit également pourvu d’applications thérapeutiques, le THC fait partie de la liste des produits stupéfiant illicites dans de nombreux pays, dont l’usage, la détention et la vente font l’objet d’une prohibition et sont passible de poursuites pénales.

Le cannabidiol, bien qu’il soit contenu dans la même plante, ne provoque aucun effet de ce genre ni d’effets secondaire et pourrait même avoir de nombreuses applications thérapeutiques, notamment dans le traitement des douleurs musculaires, articulaires ou autres (céphalée, migraines etc). Les récents travaux menés sur le CBD offrent des perspectives de thérapie encore plus intéressantes.

Le CBD est réputé pour être un anticonvulsif efficace. Une prise de CBD permet de réduire significativement le nombre de crises d’épilepsie faites par un patient. L’Epidiolex, un médicament en vente sous ordonnance aux USA et en France, contient d’ailleurs du CBD.

En agissant sur les récepteurs opioïdes situés dans le cerveau, le CBD peut aider les toxicomanes souffrant d’addictions de se délivrer de l’emprise des opiacé comme la codéine ou la morphine, en réduisant l’envie de prendre ces produits et en calmant les symptômes associés au manque (nausées, vomissements, crampes).

Grâce à ses propriétés analgésiques et anti inflammatoire, le CBD est également efficace sur les personnes atteintes d’arthrose. Il permet une réduction des douleurs et une réduction de l’inflammation autours des articulations

Le CBD semble pouvoir stimuler le processus d’apoptose, un procédé naturelle durant lequel les cellules s’autodétruise. Couplé à des thérapies conventionnelles couramment utilisée dans le traitement des cancers comme la chimiothérapie, le CBD pourrait aider à la destruction des cellules cancéreuse. Selon les premier résultat obtenu ; il semblerait que le CBD surtout efficace dans de cas de cancer du côlon ou bien de la leucémie.

Certaines maladies graves comme la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer ou encore la maladie de Parkinson semblent bien réagir au CBD. Bien que ce dernier ne puisse soigner ces maladies, il permet de soulager les symptômes qui sont associé à ces pathologies.

Un produit disponible sous de nombreuses formes

Le CBD est un produit légal en France qui se présente sous de nombreuses formes, permettant à chaque usager de trouver une forme adapté à ses habitudes de consommation et différentes selon l’usage qu’il souhaite en faire.

Les fleurs de CBD : destiné à un public particulier, les fleurs de chanvre plaisent principalement aux fumeurs de tabac ou de cannabis, qui souhaitent soit se sevrer soit s’orienter vers un produit sans effets psychotropes.

Les capsules/comprimé de CBD : c’est l’un des produits les plus vendus sur le marché. Disponible en plusieurs concentrations, ils permettent un dosage aisé et une facilité d’utilisation.

L’huile de CBD : Principalement consommer de manière sublinguale (sous la langue), pour une meilleur biodisponibilité, l’huile de CBD renferme une forte concentration de cannabinoïdes pouvant aller jusqu’à plus de 20%. Cette huile est à différencier avec les huiles infusée (huile d’olive ou autres mélangé avec des cristaux de CBD) car elle provient de l’extraction pure des plantes de chanvre. L’huile de CBD contient de nombreux composés autres que le CBD, comme des protéines, des vitamines, des minéraux, des acides aminés et des terpènes. Les terpènes sont des molécules aromatiques  responsables de la saveur et de la fragrance des plantes. Chaque terpène dispose de ses propres caractéristiques, comme le Pinène, connu pour son action antibactérienne et antifongique.

Les concentrés de CBD : Ces formes de CBD atteignent jusqu’à 99% de de principe actif. Disponible sous forme de cire, de pâte ou de cristaux, les concentrés de CBD sont destinés à des utilisateurs expérimentés avec le CBD. Les utilisateurs novice risquerait de rencontrer une somnolence une fois ce types de produits consommés

L’e-liquide au CBD : destiné à être vaporisé à l’aide d’une cigarette électronique, le e-liquide au CBD est un liquide pour cigarette électronique classique dans lequel des cristaux de CBD ont été dissous.

Les produits contenant du CBD ne sont pour l’instant pas contrôlés avant mise sur le marché en France, d’où une attention toute particulière à avoir lorsque vous souhaitez acheter des produits au CBD de qualité.

Des modes de consommation variés

La plupart des personnes utilisant le CBD le font dans un cadre thérapeutique ou d’automédication. Ces personnes, souvent adeptes des médecines alternatives, reconnaissent dans le CBD un complément alimentaire naturel pouvant les aider à mieux appréhender leurs douleurs de tous les jours. De ce fait, pour répondre au mieux à la demande des consommateurs, le CBD peut être consommé de différentes manières.

L’une des façons les plus habituelles de consommer le cannabidiol est de l’ingérer par voie orale, que ce soit des gélules souples, des comprimés ou alors grâce à des décoctions maison comme les teintures de CBD ou les infusions réalisées à base de fleurs séchées. La voie orale est plébiscitée par de nombreux patients, car elle est réputée comme étant la plus pratique et la moins coûteuse. Elle comporte cependant des limites : le médicament est d’abord dissout par les sucs gastriques, ce qui peut détruire une partie du principe actif, puis métabolisé par le foie. Ces étapes inévitables diminuent mécaniquement l’efficacité du médicament ingéré et c’est pourquoi certains traitement doivent être pris à jeun ou le matin.  L’ingestion de cannabidiol par voie orale permet une diffusion assez lente du principe actif, ce qui en fait un mode préconisé pour les patients souffrant de douleur chronique, une diffusion lente impliquant un soulagement plutôt axé sur la durée que sur l’instant. Etant donné une biodisponibilité assez faible, il faudra sans doute revoir la posologie, toujours en augmentant progressivement le dosage jusqu’à l’effet et le soulagement souhaités.

Souvent assimilé à la voie orale, la voie sublinguale est en réalité bien différente. L’utilisation sublinguale permet au produit d’agir plus rapidement sur l’organisme, car le principe actif traverse directement les muqueuses de la langue et est absorbé par une multitude de vaisseaux sanguin, sans avoir à être dégradé par le foie. Il est recommandé d’utiliser des huiles de CBD dite liposomale : ce procédé permet d’emprisonner le principe actif à l’intérieur d’un liposome et permet de maximiser la biodisponibilité. Ainsi, il est possible d’obtenir un soulagement efficace même avec des concentrations en CBD inférieur. La voie sublinguale est d’ailleurs la voir la plus utilisé dans les protocoles médicaux  grâce à sa rapidité d’action et sa facilité d’administration, souvent réalisé à l’aide d’une pipette compte-goutte.

En cas d’impossibilité pour la personne d’avaler un comprimé (problème de déglutition par exemple), le CBD peut être inhalé. On trouve du CBD sous forme de fleurs séché, souvent consommé dans des cigarettes, mélangé ou non à du tabac. Bien que ce mode de consommation présente les mêmes caractéristiques qu’une absorption par inhalation (rapidité d’action) ce dernier n’est pas recommander du faite de l’inhalation de nombreuses substances cancérigènes (goudron, monoxyde de carbone) dues à la combustion. Il est préférable de vaporiser les fleurs via un vaporisateur pour éviter l’apparition de substances nocives. Il est également possible d’utiliser une cigarette électronique, couplé avec des eliquides au CBD. Bien qu’ils manquent des données quant à l’innocuité de l’utilisation de ces appareils, il semble admis que l’utilisation d’une e cigarette réduirait grandement les risques liés au tabagisme classique.

Le seul de mode de consommation par voie respiratoire exempt de risque est l’inhalation de CBD via un nébuliseur. Cet appareil va, grâce à des vibrations, transformer le liquide en une multitude de particules extrêmement fines permettant à l’utilisateur de les inhaler. L’utilisation de nébuliseur est couramment employée par le corps médical et les pneumologues pour traiter diverses affections, comme l’asthme, la mucoviscidose ou la bronchite. Il est possible d’utiliser des concentrés de CBD (wax, distillats ou cristaux) avec cet appareil. Attention cependant au dosage employé car le CBD inhalé agit très vite et de façon soudaine sur l’organisme.

La consommation par voie cutanée est notamment indiquée dans le soulagement de douleurs locales comme les courbatures ou les douleurs musculaires mais également dans le cas d’éruption cutanée ou de rougeurs. Pour ce faire, il existe une gamme de produits variée pouvant être appliqués sur la peau : gel, crème, baume et même patchs. Bien que ce mode de consommation soit l’un des moins efficace dû à la faible capacité des pores à absorber le CBD, elle reste efficace pour traiter les douleurs locales grâce à des produits fortement concentrés en principe actif.

Grâce à une toxicité nulle et des effets secondaires quasi inexistants (somnolence) le CBD conquiert de plus en plus de personnes : adulte, personne âgée, adolescent voire enfant, tout le monde en a entendu parler. Le CBD ne remplace en aucun cas un traitement et n’est pas un médicament, de ce fait, il est avisé de consulter un médecin avant de débuter la prise de CBD, surtout si vous suivez un autre traitement. Au vu des premiers résultats obtenus, et si ces derniers sont confirmés par d’autre études cliniques, le CBD pourrait devenir et ce dans un future relativement proche, l’une des principales plantes de la pharmacopée.