Education

Qu’est-ce qu’une carence en endocannabinoïdes ?

Carence endocannabinoïde

Le système endocannabinoïde est un réseau biologique vital, mais mystérieux, au sein du corps humain. Une grande partie du public ne connaît même pas son existence, et encore moins son importance dans le maintien de notre santé et de notre bien-être général.

Le dysfonctionnement de ce système complexe, connu sous le nom de déficience endocannabinoïde clinique, pourrait être le lien caché entre plusieurs maladies chroniques, et les cannabinoïdes pourraient être la réponse pour surmonter leurs symptômes épuisants.

Le système endocannabinoïde : une vue d’ensemble

Avant la découverte du système endocannabinoïde (SEC), la recherche sur le cannabis se concentrait essentiellement sur la plante elle-même et non sur son fonctionnement dans l’organisme. Le SEC a été identifié peu de temps après que les chercheurs aient réussi à isoler les principaux cannabinoïdes de la plante, le cannabidiol (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC), respectivement en 1942 et 1964.

En 1988, des chercheurs ont découvert des récepteurs neurochimiques dans le cerveau qui pouvaient interagir avec les cannabinoïdes. Ces récepteurs, connus sous le nom de récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2, sont présents dans le cerveau et l’organisme – les récepteurs CB1 dans le système nerveux central et les récepteurs CB2 dans notre système immunitaire et nos organes périphériques. Ensemble, les CB1 et CB2 constituent le réseau complexe de signalisation cellulaire que constitue le SEC, le plus grand système de récepteurs de l’organisme.

Le SEC est connu comme notre “régulateur universel”. Il supervise et coordonne d’innombrables processus biologiques afin de maintenir nos systèmes corporels en homéostasie (en équilibre). Grâce à l’activité des récepteurs cannabinoïdes et à leur effet ultérieur sur nos hormones et nos neurotransmetteurs, le système endocrinien peut régler avec précision une myriade de processus. Il est impliqué dans la régulation de notre humeur, de notre appétit, de notre sommeil, de notre système immunitaire, de la perception de la douleur, de la mémoire, de la fertilité, de la santé osseuse, et bien plus encore.

Elle y parvient grâce à la signalisation des cannabinoïdes endogènes, également appelés endocannabinoïdes, qui sont produits naturellement par l’organisme. Il existe deux endocannabinoïdes clés dans le corps humain, l’anandamide (AEA) et le 2-Arachidonoylglycérol (2-AG).

Une fois que l’AEA et le 2-AG se sont liés aux récepteurs cannabinoïdes et ont terminé leurs tâches biologiques, ils sont décomposés par leurs enzymes métaboliques respectives, l’amide hydrolase d’acide gras (FAAH) et la monoacylglycérol lipase (MAGL).

L’organisme produit des endocannabinoïdes au fur et à mesure de ses besoins, il est donc difficile de savoir quels sont leurs niveaux habituels. Cependant, certains chercheurs pensent que des niveaux sous-optimaux d’endocannabinoïdes sont à l’origine d’une série de conditions cliniques chroniques.

La théorie de la carence clinique en endocannabinoïdes

Étant donné que le système endocannabinoïde est fortement impliqué dans d’innombrables fonctions biologiques essentielles, il est très plausible que son dysfonctionnement puisse avoir un impact étendu sur notre santé mentale et physique, mais qu’en disent les scientifiques ?

Le Dr Ethan Russo est un neurologue et un chercheur en psychopharmacologie qui a été le pionnier de la recherche sur la déficience endocannabinoïde clinique. Russo et son équipe ont théorisé qu’une présence réduite d’endocannabinoïdes – c’est-à-dire des niveaux sous-optimaux d’AEA et de 2-AG – sous-tendait de nombreux syndromes de douleur subjective, notamment la migraine, la fibromyalgie et le syndrome du côlon irritable (SCI).

“La théorie du DI était basée sur le concept que de nombreux troubles cérébraux sont associés à des déficiences en neurotransmetteurs, affectant l’acétylcholine dans la maladie d’Alzheimer, la dopamine dans les syndromes parkinsoniens, la sérotonine et la noradrénaline dans la dépression, et qu’une déficience comparable des niveaux d’endocannabinoïdes pourrait se manifester de manière similaire dans certains troubles qui présentent des caractéristiques cliniques prévisibles comme séquelles de cette déficience”, selon Russo, dans un article publié dans Cannabis and Cannabinoid Research en 2016.

Les “caractéristiques cliniques prévisibles” de la migraine, de la fibromyalgie et du SII tiennent au fait qu’ils partagent tous une pathologie comparable. Elles sont toutes diagnostiquées sur la base de critères subjectifs, toutes couramment associées à l’anxiété et à la dépression, et la cooccurrence des trois affections n’est pas rare. Il a donc été proposé que le fait de cibler le SEC ou la production d’endocannabinoïdes pourrait contribuer à soulager certains des symptômes de ces affections chroniques.

Bien que le concept de déficience en endocannabinoïdes soit largement théorique, certaines études expérimentales ont montré que les personnes atteintes de ces affections présentent une altération de la fonction du système endocannabinoïde ou répondent à la modulation des endocannabinoïdes, ce qui donne du poids à la théorie.

Par exemple, il a été démontré que les personnes souffrant de migraine ont des niveaux significativement plus bas d’anandamide dans leur liquide céphalo-rachidien. De même, il a été démontré que les patients atteints du syndrome du côlon irritable présentaient des variations génétiques dans leurs gènes CB1 et FAAH.

Cette théorie a toutefois fait l’objet de certaines critiques. Un chercheur, le Dr Peter S. Cogan, estime que les preuves existantes sont de “nature ténue”, et a même mis en évidence certaines failles dans la théorie elle-même. Par exemple, le Dr Cogan souligne que les endocannabinoïdes “sont en fait élevés chez les patients atteints de fibromyalgie”.

Des recherches beaucoup plus poussées sont nécessaires pour solidifier les affirmations de Russo, mais il est certainement possible que le dysfonctionnement du SEC puisse avoir un impact négatif sur notre santé et notre bien-être général.

Comment maintenir la santé du SEC

Les faibles niveaux d’endocannabinoïdes ont plusieurs causes, notamment une faible expression des récepteurs CB, une surabondance d’enzymes métaboliques, une synthèse insuffisante des endocannabinoïdes ou une liaison récepteur-ligand inadéquate. La bonne nouvelle est qu’une déficience en endocannabinoïdes est généralement acquise, et non congénitale, et peut donc – en théorie – être inversée.

Bien que la science soit largement théorique, il n’y a aucun mal à donner la priorité à de petits changements de style de vie qui pourraient favoriser votre santé générale et peut-être améliorer votre “tonus” endocannabinoïde. Si vous vous sentez épuisé, ou juste un peu à l’ouest, cela peut valoir la peine d’essayer ce qui suit :

Rééquilibrez votre intestin

Notre microbiome intestinal a un impact important sur l’équilibre chimique de notre cerveau et de notre corps. Une étude récente a établi un lien entre cette communication entre l’intestin et le cerveau et le système endocannabinoïde, suggérant que les niveaux d’endocannabinoïdes peuvent avoir un impact sur la santé de notre intestin, et vice versa. L’idée selon laquelle “vous êtes ce que vous mangez” est certainement vraie ici.

Certains aliments riches en nutriments – les graines de chanvre, les graines de chia et même le chocolat – ont tous été suggérés pour stimuler l’activité du système endocannabinoïde. De même, manger des aliments anti-inflammatoires (et éviter les aliments pro-inflammatoires) pourrait contribuer à réduire l’inflammation intestinale qui, à son tour, pourrait favoriser la signalisation des endocannabinoïdes.

Faites régulièrement de l’exercice

Nous savons déjà que rester actif fait des merveilles pour notre santé mentale et physique, mais cela pourrait-il aider à inverser une carence en endocannabinoïdes ?

Il a été démontré que l’activité physique est en corrélation avec l’augmentation des niveaux d’endocannabinoïdes, et il a même été suggéré que l’augmentation des niveaux d’anandamide est responsable de la sensation de bien-être ressentie par les coureurs après l’exercice.

Dormez plus

Le sommeil est essentiel, c’est indéniable. C’est le moment où notre corps subit ses processus de réparation et il est crucial pour soutenir notre système immunitaire, nos niveaux d’hormones et notre humeur. Ainsi, lorsque notre rythme de sommeil est perturbé, nos systèmes corporels, y compris notre système de régulation des émotions, peuvent être déréglés.

Il a été démontré que l’anandamide augmente les niveaux d’adénosine, un neurotransmetteur inhibiteur impliqué dans la promotion du sommeil. Des niveaux d’endocannabinoïdes sous-optimaux peuvent donc perturber notre sommeil. Donner la priorité à 8 heures de sommeil par nuit pourrait aider à rééquilibrer l’organisme et à rétablir nos niveaux d’endocannabinoïdes.

Moins de stress

Les périodes de stress chronique peuvent également avoir un impact sur nos niveaux d’anandamide, déséquilibrant notre système endocannabinoïde. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais la réduction de nos niveaux de stress et d’anxiété peut être extrêmement bénéfique pour notre santé physique. Donner la priorité aux soins personnels, de la manière qui vous convient, est un excellent moyen de stimuler votre humeur (et vos endocannabinoïdes).

Il convient toutefois de noter qu’il n’existe souvent pas de “remède” immédiat pour les troubles liés à une carence en endocannabinoïdes. Demandez toujours l’avis d’un professionnel si les changements de mode de vie mentionnés plus haut ne sont pas efficaces – ou essayez peut-être d’ajouter des produits à base de cannabis à votre routine quotidienne.

Comment le CBD et le cannabis peuvent aider

Le CBD et le THC, les cannabinoïdes que l’on trouve dans la plante Cannabis sativa, ciblent tous deux le système endocannabinoïde de différentes manières. Il y a donc des raisons de penser que le fait de compléter notre système endocannabinoïde avec des produits à base de cannabis pourrait inverser les effets de la déficience en endocannabinoïdes.

Le CBD, le principal cannabinoïde non psychoactif, est un complément extrêmement populaire dans le monde du bien-être et il a même été démontré qu’il avait des effets thérapeutiques puissants dans le traitement de diverses conditions cliniques.

Grâce à ses différents mécanismes d’action, il a été démontré que le CBD améliore le sommeil et réduit l’anxiété. Ceci, à son tour, pourrait aider à soutenir la santé de notre SEC et à maintenir tout en équilibre.

Le CBD est également capable d’inhiber l’action de l’enzyme FAAH. En empêchant sa dégradation, le CBD améliore indirectement la signalisation de l’anandamide. En théorie, cela devrait permettre de compléter le SEC et d’améliorer notre “tonus” endocannabinoïde. Il existe d’innombrables produits à base de CBD disponibles à la vente. Pour plus d’informations, jetez un coup d’œil à notre guide du CBD pour les débutants.

Il peut également être bénéfique d’utiliser des produits à base de plantes entières de cannabis. Le THC active directement les récepteurs CB1 et CB2, ce qui, comme le suggèrent les résultats de plusieurs études expérimentales, pourrait stimuler la signalisation du système endocannabinoïde et améliorer les symptômes des affections associées à une déficience en endocannabinoïdes.

En ce qui concerne les connaissances des chercheurs sur le système endocannabinoïde, il y a encore beaucoup de choses à découvrir. Une grande partie du SEC reste un mystère inexplicable, sans preuve concluante pour soutenir le rôle du “niveau” d’endocannabinoïde de notre corps sur notre santé. Beaucoup plus de recherches sont nécessaires, mais la carence clinique en endocannabinoïdes est certainement une théorie prometteuse pour ceux qui cherchent un soulagement de ces conditions chroniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bestellers
Huile
  • Huile
  • Capsules
  • Cosmétiques
  • Pastilles et perles
  • Vape
  • Autres